Bienvenue
Partenaires individuels

Samuel Kamano

Publiée le 27.08.2019

Je suis arrivé le 25 septembre 1992 à Aix en Provence. Mon épouse Anne Kamano et mes trois filles (Cécile, Anne Kaffa et Dorcas) m’ont rejoint plus tard le 22 mai 1993.

En venant à la Faculté Jean Calvin, j’avais pour objectif de bien comprendre la théologie réformée dans tous ses détails. J’ai apprécié tous les cours, mais j’ai surtout trouvé très excitant d’apprendre les spécificités de la théologie réformé telles que la sotériologie, l’éthique, l’ecclésiologie et la théologie pratique etc.

Le fait d’avoir trouvé très tôt quelque chose qui m’intéressait m’a beaucoup aidé à me motiver et à garder une forme d’enthousiasme vis-à-vis du travail académique et donc à progresser. Face à tous les défis académiques qui s’imposaient à moi, j’étais obligé de fournir de gros efforts pour valider tous les programmes académiques.

La formation à la faculté Jean Calvin m’a rendu très utile pour l’église de Guinée et pour le pays en général. L’enseignement réformé a impacté mon ministère pastoral en Guinée.

Réconciliation Nationale

La Guinée a connu des moments très difficiles de son histoire (2006-20O9) : tout le pays était bloqué sur tous les plans. On n’était plus loin d’une guerre civile. C’est pendant ce temps que Dieu s’est servi du Conseil Chrétien de Guinée, composé des trois grands leaders des églises (Catholique, Protestante et Anglicane) pour trouver le chemin de la paix. C’est ce conseil qui a trouvé des solutions durables. A cette époque-là, j’étais en train de rédiger ma thèse de doctorat sur le Psaume 85 (la justice et la paix s’embrasse).

Implantation des églises dans la ville de Conakry

Dès mon retour en Guinée (en janvier 1907), les responsables de mon église m’ont confié une église locale de la capitale (de 150 membres). J’ai défini mon objectif et mon plan d’action et je me suis mis à travailler dur en respectant à la lettre toutes les techniques pastorales que j’ai apprises à la Faculté Jean Calvin. Cela a eu pour résultats huit grandes églises dans la banlieue de Conakry.

Service des médias (Radio et Télévision Nationale)

J’ai formé des prédicateurs pour présenter l’évangile aux peuples non atteints et une équipe de techniciens pour produire des films de sensibilisation sur les faits qui gangrène notre société et des films sur l’éducation civique du peuple selon la vision biblique.

Responsabilité présidentielle au sein de l’EPEG

C’est aussi pendant les moments les plus difficiles en avril 2006, que le Conseil National de l’Eglise Protestante Evangélique de Guinée m’a demandé d’assumer les responsabilités présidentielles de son institution. Pendant 11 ans, il s’est passé beaucoup d’événements dans la vie de l’EPEG. Certains de ces événements ont été heureux, tandis que d’autres ont été beaucoup moins heureux.

Création d’un complexe scolaire dans la ville de Conakry

Dès notre retour en Guinée, nous avons créé un complexe scolaire (maternelle, élémentaire et secondaire) à Conakry, précisément à Enta Sud Fassa. Depuis sa création en octobre 1997, Dieu s’est manifesté par tant de signes, 1725 élèves fréquentent actuellement le Complexe scolaire : soli Deo Gloria. Après deux ans d’essais, nous avons reçu la visite d’un ministre d’Etat guinéen qui, étonné par ce qu’il a vu, il s’exclama: « les chrétiens éduquent bien, c’est pourquoi, dès l’ouverture de cette école Emmaüs, je suis venu y inscrire tous mes enfants, j’aurais pu les inscrire, ailleurs, par exemple dans une école française… en tous cas quelque chose m’attire chez vous que je ne trouve nulle part ailleurs… ». Notre réponse fut: « Avec Dieu nous ferons des exploits ». 

Partager l'article sur

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.