Bienvenue
Actualités

Yannick Imbert, nommé doyen de la faculté

Publiée le 25.09.2019

Une nouvelle saison commence à la Faculté Jean Calvin : nouvelle année académique, nouveaux étudiants, nouveaux projets, ainsi que de nouveaux défis. Sans oublier de nouvelles raisons de nous réjouir de la bonté et de la fidèle providence de Dieu. Cette année 2019-2020 qui commence est particulièrement « nouvelle » à cause des nombreux changements académiques que la faculté a connu pendant l’été. Un nouveau directeur de 1e cycle (Pierre-Sovann Chauny), ainsi qu’un nouveau directeur de 2e cycle (Rodrigo de Sousa).

Un nouveau doyen a aussi été nommé… D’ailleurs parler de soi-même à la troisième personne étant toujours un peu étrange, il faut que je m’exprime à la première personne. Le conseil des professeurs m’a donc nommé comme doyen académique de la faculté. Vous allez me dire : à part organiser des réunions, que fait un doyen ?

Je serai le premier à vous dire que le bienfait des réunions est visible lorsqu’elle sont occasionnelles et courtes. La réalité est que nous fonctionnons en équipe, en tant que « corps », et qu’il est nécessaire de nous réunir. Rien ne peut se faire seul et les pierres que nous posons, nous ne pouvons les faire tenir qu’ensemble et par la grâce de Dieu.

Le rôle du doyen, c’est principalement de s’assurer que toutes les pierres que nous posons s’agencent les unes les autres, que nous continuons à avancer en tant que « corps, » selon l’analogie de l’Église que donne Paul en Ep 4.16 : « C’est de lui, [Christ] et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s’édifie lui-même dans la charité. »

Continuez à prier pour le ministère de la faculté : pour les professeurs et membres de l’administration, mais aussi pour tous les bénévoles qui œuvrent « dans l’ombre. » Avec persévérance, priez avec nous pour que Dieu affermisse l’œuvre de nos mains et la fasse grandir (ps 90.17), non pour notre gloire, mais seulement pour la sienne.

Partager l'article sur

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.